Lhistoire d’amour entre Ary De Moor et Toyota a pris naissance sous la forme d’une Camry 1990.

Ary, 65 ans, qui travaille pour une association d’écoles indépendantes d’Edmonton, en Alberta, a acheté sa première Toyota d’une veuve qui fréquentait le même lieu de culte que lui.

Depuis, il a successivement été propriétaire d’un Highlander 1999, d’un RAV4 2003, d’un RAV4 2005 et d’un Highlander 2012. Son épouse, Sharon, préfère les Corolla, tandis que son frère Bob et son épouse Margo adorent leur Highlander 2015, avec lequel ils remorquent leur caravane de camping d’un bout à l’autre du pays.

Ary a aussi transmis son amour pour Toyota à son fils Jonathan et à sa fille Jessica Mbaiseku, auxquels il a vendu ses RAV4. Malgré qu’ils affichent tous deux plus de 200 000 kilomètres au compteur, ils fonctionnent toujours très bien, ne nécessitant rien de plus qu’un entretien normal et quelques réparations par-ci, par-là.

Pourquoi Ary et sa famille sont-ils si fidèles à Toyota?

Ary nous dit qu’il est un lecteur assidu de magazines consacrés à l’automobile et que ceux-ci accordent toujours d’excellentes notes aux produits Toyota pour leur fiabilité. Il ajoute qu’il existe un modèle Toyota pour tous les besoins et tous les budgets. « Une auto fiable qui coûte très peu, c’est toujours une combinaison difficile à battre. »

À chacun son chacun

Bien qu’Ary ait possédé divers modèles Toyota, le Highlander demeure son préféré.

Son Highlander le conduit au travail tous les jours en toute sécurité même dans les pires conditions hivernales, et il s’acquitte aussi à merveille des longs voyages de camping à Calgary et à Jasper. « Il est extrêmement stable sur la route, surtout en conditions hivernales », nous dit-il.

C’est pour les mêmes raisons que Jonathan aime tant son RAV4 2005, qu’il a acheté de son père en 2014.

Image1

L’appel de l’aventure

Ce père de deux enfants qui habite à Edmonton roule environ 45 minutes pour aller travailler au parc d’Elk Island, où il occupe un poste de biologiste pour Parcs Canada. Il fait en outre beaucoup de camping dans ses temps libres. Il nous dit que son RAV4 peut l’emmener pratiquement n’importe où.

Jonathan se souvient d’un Noël où il s’est rendu à Vancouver en RAV4, un trajet difficile de 16 heures dans les montagnes. Le véhicule a surmonté les dures conditions hivernales comme un pro, relate-t-il, confort en prime.

Le RAV4 est aussi parfait pour les sorties en famille, puisqu’il peut transporter tout à la fois les enfants, le chien et l’équipement de camping.

« Il n’est ni trop gros, ni trop petit », constate Jonathan. Bien qu’il ait l’œil sur un Tacoma pour ses capacités hors route, le RAV4 a été pour lui « un excellent véhicule de tous les jours ».

Le RAV4 2003 de Jessica l’a aidée à rester en contact avec sa famille. Il l’a emmenée à Washington, jusqu’au lointain Michigan, où vit sa sœur, et elle le prend souvent pour se rendre à Jasper. « Il pourrait probablement se rendre à Jasper tout seul », plaisante-t-elle.

Quand elle a acheté le RAV4 de son père, cette infirmière et mère de deux enfants était simplement à la recherche d’un véhicule pour se rendre au travail.

Mais son RAV4 a pris une importance inattendue dans sa vie. Il a même servi d’arrière-plan à ses photos d’annonce de mariage! C’était sa possession matérielle la plus importante quand elle s’est mariée, témoigne-t-elle. « Tout ce que nous possédions tenait dedans. »

MRKO5394Une valeur sûre

C’est la cote de sécurité universellement reconnue de ses produits qui a convaincu la plupart des membres de la famille d’opter pour Toyota.

En 2010, l’épouse d’Ary, Sharon, s’est sortie indemne d’un grave accident au volant de sa Corolla 2003.

Un témoin lui a dit que le cadre des deux côtés de la portière du passager avant était plié, ce qui veut dire que la barre d’acier intégrée à la portière avait absorbé tout l’impact. Après l’avoir constaté lui-même, Ary a immédiatement acheté une autre Corolla. « J’ai examiné la carcasse de mes propres yeux et j’ai compris pourquoi cette structure était supérieure », explique-t-il.

Quant à Bob, c’est sa première Toyota, une Corolla 2001, qui l’a sauvé des conséquences d’un accident survenu en 2012. Un camion qui roulait trop vite sur une route enneigée a percuté l’arrière de sa voiture. Même si la Corolla a subi des dommages irréparables, elle l’a protégé.

« C’était une bonne petite voiture. Elle roulait vraiment bien », se remémore Bob, qui l’a remplacée par un modèle 2013, sa voiture actuelle.

MRKO5247-Edit

D’une génération à l’autre

Le compteur du Highlander d’Ary marque environ 78 000 kilomètres, et il prévoit le garder pendant longtemps.

« C’est encore la lune de miel avec mon Highlander. Je l’aime encore et j’espère le conduire encore des années », dit-il.

Jessica pense comme lui. C’est avant tout pour leur fiabilité qu’elle apprécie les produits Toyota.

Elle garde son RAV4 de 13 ans en parfaite condition en confiant son entretien régulier à son concessionnaire Toyota d’Edmonton, en Alberta.

« Nous espérons que notre RAV4 va nous durer assez longtemps pour que nos enfants apprennent à conduire avec », confie-t-elle.

La fidélité de la famille à Toyota vient de passer à une autre génération. Ary nous apprend que le plus vieux de ses petits-enfants, Abdoul, vient d’acheter sa première Toyota, une Camry d’occasion.

« Comment je me sens en voyant que ma famille reste fidèle à Toyota, génération après génération? Je suis ravi! », s’exclame Ary. « Qu’un père vende deux voitures usagées à deux de ses enfants, ça en dit long sur sa confiance. C’est une confirmation de la qualité des produits [Toyota], neufs ou d’occasion. Toyota a maintenant gagné la confiance de trois générations de ma famille. »